Sécurité et prévention

Police municipale à Mériel : un service aux Mériellois

La Police municipale joue avant tout un rôle de proximité.

Proche de la population, elle est régulièrement présente sur le terrain pour assurer les missions de prévention et de surveillance, assurer le maintien du bon ordre, de la tranquillité, de la sûreté, de la sécurité et de la salubrité publiques.

Les missions de la Police municipale, fondées sur la connaissance du contexte et de la population, privilégient l’ilotage, la prévention comme le programme « tranquillité vacances », l'assistance aux personnes, la verbalisation et le suivi de l'action judiciaire.

L’éventail est donc large, du contact avec la population à la lutte contre la petite et moyenne délinquance, en partenariat avec la gendarmerie nationale. Les policiers municipaux effectuent leurs missions de surveillance sur le territoire de la commune en voiture et à pied.

Pour améliorer la qualité de la vie locale, les policiers municipaux sont chargés de faire respecter la loi et de verbaliser le cas échéant plusieurs catégories d’infractions, notamment celles :

  • aux arrêtés de police du maire nécessaires au contexte local et aux évènements de la vie locale ; les exemples le plus concrets sont l’usage du domaine public et l’interdiction de consommation d’alcool sur le domaine public ;
  • au code de l’environnement en ce qui concerne la protection de la faune et de la flore, la pêche, la publicité extérieure...,
  • à la police de conservation du domaine routier (dommages causés à un mobilier urbain, un panneau directionnel, à un terre-plein, un potelet...) ;
  • à la lutte contre les nuisances sonores (celles engendrées par les véhicules à moteur, les postes radio, les bruits de voisinage...) ;
  • à la police des gares (circulation ou stationnement dans le parking de la gare...) ;
  • à la législation sur les chiens dangereux (non déclaration de l’animal en mairie, non-respect des obligations fixées par le code rural...).

Les policiers municipaux travaillent en étroite collaboration avec l’ensemble des partenaires de la sécurité, principalement avec la gendarmerie avec qui la commune a une convention de partenariat.

La Police municipale de Mériel est constituée de deux agents :

  • 1 chef de police municipale,
  • 1 brigadier de police municipale.

 

Comment contacter la police municipale ?

Par téléphone, du lundi au vendredi de 8 h à 20 h : 01 34 40 58 08 ou 06 64 68 30 69.

Sur place à l’arrière de la mairie :
Police municipale
62, Grande-Rue
95630 Mériel

 

Horaires de la police municipale :

  • Période de septembre à mai :
    • Lundi, mardi, jeudi : de 8 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h
    • Mercredi et vendredi : de 10 h à 12 h et de 13 h 30 à 19 h
  • Période de juin à août :
    • Du lundi au vendredi : de 10 h à 12 h et de 13 h 30 à 19 h.

Opération tranquilité vacances

Si vous souhaitez que la Police municipale surveille votre habitation pendant que vous vous absentez pendant plusieurs jours, vous pouvez en faire la demande en remplissant le formulaire, en cliquant ici.
Une fois rempli, déposez-le au poste de Police municipale ou en mairie.

La surveillance se fait sur les périodes de mai à septembre ; elle est cependant possible le reste de l’année dans la limite de la disponibilité de l’équipe de la Police municipale.

Les pompiers font payer leurs interventions à caractère privé

Le conseil d’administration du S.D.I.S (Service Départemental d’Incendie et de Secours) a décidé, conformément au code général des collectivités territoriales, de rendre payantes certaines de ses interventions ne rentrant pas dans le domaine du service public et ne revêtant pas un caractère d’intérêt général.

Opération "Sécurité été 2018"

Pour prévenir les accidents :

  • connaître l'activité : apprendre les éléments clés de la pratique de son activité (notamment la plongée), les caractéristiques du flotteur ainsi que le matériel de sécurité obligatoire ;
  • connaître le milieu : consulter les prévisions météorologiques, appréhender les dangers de la zone d'activité, respecter les autres usagers notamment en se conformant aux limitations de vitesse ;
  • se connaître soi-même : s'assurer de son niveau de compétence, vérifier sa condition physique et ne pas surestimer ses capacités.

Pour être acteur de son sauvetage :

  • être en mesure d'alerter : disposer d'un matériel adapté à sa zone, en état de fonctionnement et connaître les numéros (196) et fréquence d'appel (VHF 16) ; avoir informé ses proches de son heure prévue de retour ; ne jamais partir seul et disposer d'au moins un équipier en mesure de passer une alerte ;
  • pouvoir attendre les secours ; disposer des équipements adaptés (port du VFI, vêtements chauds), ne jamais quitter son flotteur ;
  • être aperçu : s'équiper de vêtements de couleur vive et de matériels de signalement pour la nuit (lampe flash,...).

Pour en savoir plus : www.preventionete.sports.gouv.fr/

Dératisation des berges de l’Oise

Vendredi 30 mars 2018

Dans le cadre de la lutte contre les nuisibles sur les berges de l’Oise, la municipalité a contracté cette prestation avec une entreprise qui réalisera la dératisation deux fois par an (mars et septembre).

Vous pouvez donc remarquer lors de vos ballades sur les berges de l’Oise des boîtes noires, avec un symbole «  toxique » (voir la photo).
Elles contiennent un appât solide raticide, et elles sont fixées au sol, le long de clôtures sur le chemin de halage à l’aide d’une fiche enterrée.

Rassurez-vous, les boîtes sont étanches et l’appât accroché à l’intérieur n’est pas accessible (sous réserve de gestes délibérés et malveillants).
Les promeneurs et leurs compagnons à quatre pattes sont des usagers en sécurité lors de leur déplacement sur ce chemin.

Alerte intoxication au monoxyde de carbone

L’Agence Régionale de la Santé alerte les municipalités et le public sur les dangers d’intoxication par le Monoxyde de carbone.

Qu’est ce que le Monoxyde de Carbone ? C’est un gaz résultant de la combustion incomplète des combustibles domestiques, c'est-à-dire du mauvais fonctionnement des appareils de chauffage à combustion : chaudière, chauffe eau, poêles et cuisinières, cheminées et inserts, convecteurs fonctionnant avec du combustible, moteurs thermiques etc. etc.

C’est un gaz très dangereux, potentiellement mortel, d’autant plus dangereux qu’il est totalement inodore, non irritant, et invisible. Il a une densité égale à celle de l’air, ce qui lui permet de se diffuser rapidement dans les habitations. Il est extrêmement toxique, même à faible dose. 0,1% de CO dans l’air, tue en une heure, 1% de CO dans l’air, tue en 15 minutes, 10% de CO dans l’air, tue immédiatement. Lorsqu’il ne tue pas il intoxique gravement ceux qui le respirent, la gravité de l’intoxication étant fonction de la quantité de gaz inhalée, c'est-à-dire de la durée d’exposition au gaz pour une quantité donnée. Les symptômes de l’intoxication, sont des maux de têtes, des nausées, de la confusion mentale et une grande fatigue, en cas d’intoxication faible. En cas d’intoxication grave on constate des vertiges, des évanouissements, une paralysie musculaire, voire un coma suivi du décès. Fort heureusement toutes les personnes intoxiquées ne le sont pas gravement et sur les 5200 personnes intoxiquées en France en 2010 on ne compte qu’une centaine de décès, mais les séquelles peuvent rester permanentes sous forme de maux de tête ou des troubles neurologiques plus ou moins graves.

Les causes d’apparition du monoxyde de carbone dans les habitations sont de trois ordres : une mauvaise évacuation des gaz de combustion, une mauvaise aération de l’habitation, un mauvais usage des appareils de chauffage. Il est donc essentiel de faire entretenir correctement et régulièrement sa chaudière, de veiller à ce que tous les conduits d’évacuation soient en bon état et correctement ramonés pour les conduits de cheminée. Les habitations doivent être aérés tous les jours au moins dix minutes même quand il fait froid et il faut s’assurer que les dispositifs de ventilation comme la VMC soient en état de bon fonctionnement, enfin les bouches d’aérations ne doivent jamais être obturées. Une attention particulière doit être portée aux appareils de chauffage d’appoint à combustion ou à catalyse qui ne sont pas dotés d’évacuation des gaz vers l’extérieur, ils ne doivent pas être utilisés en permanence. Les moteurs thermiques doivent impérativement fonctionner à l’extérieur des habitations et on ne doit pas se servir de sa gazinière pour chauffer sa maison

Que faire en cas d’accident ? Si en présence d’un appareil à combustion vous-même ou d’autres personnes présentent les symptômes de l’intoxication il faut :

  • Aérer immédiatement les locaux.
  • Arrêter si possible les appareils à combustion.
  • Appeler les secours : pompiers ou Samu
  • Evacuer immédiatement les locaux et ne les réintégrer qu’après l’avis d’un professionnel du chauffage ou des pompiers.  

Pour plus d’informations vous les trouverez sur les sites :www.prevention-maison.fr ou www.ars.iledefrance.sante.fr    

randomness